1,383 views

Honorer son père et sa mère ou obéir à Dieu ?

Honorer son père et sa mère ou obéir à Dieu ?

Doit-on obéir à nos parents en toutes circonstances ? Comment faire quand ce qu’ils nous demandent est différent de la volonté de Dieu ? Et comment concilier ce commandement avec celui d’obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ?

Mon expérience personnelle

« L’amitié de l’Éternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance leur donne instruction. » (Psaumes 25.14)
Je m’appelle Dahlia et j’ai 19 ans. J’ai grandi dans une famille partagée entre deux traditions : évangélique d’un côté, et copte orthodoxe de l’autre. J’ai donc été baptisée bébé. Ayant rencontré le Seigneur personnellement il y a quelques années, je savais que ce baptême d’enfant ne sauvait pas, qu’il ne valait rien aux yeux de Dieu et que ce n’était pas ce qu’il demandait. Ce n’est qu’après avoir réellement cru et accepté Jésus-Christ dans ma vie que j’ai compris que le baptême biblique témoignait en fait de la transformation intérieure que Dieu avait produite et qu’il n’était en aucun cas la cause de cette transformation.
Je me trouvais donc face un dilemme : honorer mes parents et faire comme si de rien n’était par peur de les blesser, ou obéir à Dieu en me faisant baptiser, selon les critères de la Bible. J’avais 17 ans quand j’ai commencé à y penser sérieusement. Et j’ai finalement attendu ma majorité pour faire cet engagement public, pensant que c’était le meilleur compromis à faire… Je ne vous cache pas que j’ai amèrement regretté d’avoir attendu et de ne pas l’avoir fait tout de suite ! Ce baptême n’était pas ma nouvelle naissance mais il a complètement changé mon engagement pour Dieu en le rendant plus fort et Dieu a clairement agi ce jour-là en utilisant ce moyen de témoignage pour ceux qui ne connaissent pas Christ. C’est un commandement qu’il nous a laissé. Le faire, c’est lui obéir. Il n’y pas à réfléchir !

Et les parents dans tout ça ?

« Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c’est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. » (Éphésiens 6.1-3)
Éphésiens 6.1-3 montre que le commandement d’obéissance et de soumission à nos parents n’est pas sans raison. C’est un commandement qui est « juste » et agréable à Dieu (cf Colossiens 3.20). Mais c’est aussi un commandement pour notre bien : c’est le premier associé à une promesse comme le rappelle le passage (cf Exode 20.12 et Deutéronome 2.16), qui participe à notre sanctification et qui est associé à des bénédictions. Avoir une famille et des parents, c’est une grâce de Dieu. Et ce, que la situation soit bonne ou mauvaise avec eux. Dans les deux cas, ça nous fait grandir.
Faire ce pas de mettre Dieu à la première place, ce n’est pas seulement accepter dans votre cœur ces vérités que Dieu vous a révélées par son Esprit mais c’est aussi quelque chose qui se vit de manière pratique. Aimer Dieu, c’est suivre ses commandements. Autrement-dit, lorsque vous honorez vos parents, ce n’est pas seulement une preuve d’amour et de respect envers eux, mais c’est aussi aimer Dieu ! (1 Jean 5.3, Jean 14.15, 21). N’oubliez pas non plus que votre attitude, qui sera différente de celle du monde, rendra gloire à Dieu et sera un témoignage fort pour ceux qui vous entourent (1 Pierre 2.12).

Obéir, oui, mais jusqu’à où ?

Mais Dieu nous demande aussi d’être inébranlables dans notre foi. Dans des situations où la sagesse de Dieu est en contradiction avec celle que nous enseignent nos parents (Proverbes 4.1-2), il faut, tout en leur montrant qu’on est en désaccord avec eux, témoigner de l’amour de Jésus. Notre devoir en tant que chrétien est d’être ferme dans ce que dit la Parole mais aussi de témoigner de l’amour de Christ (choses qui ne sont pas toujours faciles à concilier) et d’agir avec et en conséquence. Jésus lui-même a toujours défendu la vérité, même si ça lui a coûté toutes sortes de souffrances, tant morales que physiques. Accepter d’être dans une forme de tolérance ou de passéisme n’est pas ce qu’il nous demande et serait comme le dit Matthieu 10.32-37 être indigne de lui au regard de tout ce qu’il a dû subir. Ne te sens pas obligé, par exemple, de cesser de partager l’Évangile si tu sais que tu dois le faire et que tes parents te l’interdisent… Soyons prêts à défendre cette vérité quoi qu’il en coûte, tout simplement parce que c’est la vérité et que Jésus a payé un lourd tribut pour que nous la connaissions.
Attention, il ne s’agit pas de désobéir pour satisfaire nos propres désirs (cf Matthieu 15.1-6), mais de prendre position pour la vérité, pour l’Évangile.

Et si mes parents connaissent Christ personnellement ?

Si tes parents sont de vrais chrétiens engagés, leur volonté n’est pas censée être opposée à celle de Dieu ! Que tes parents connaissent Christ personnellement ou non, n’oublie pas que dans les deux cas, c’est une autorité que Dieu a établie sur toi ; et s’ils sont nés de nouveau, c’est simplement une grâce supplémentaire que Dieu t’a faite pour que tu puisses voir des petits Christ qui t’encouragent chaque jour. Relis Proverbes 4 dans cette perspective et tu verras comme c’est beau ! Si tes parents sont de vrais chrétiens, ils sont censés t’encourager à toujours vivre pleinement l’Évangile. Et si ce n’est pas le cas, je t’encourage à ne pas chercher à te rebeller sans réfléchir. Prends du recul, prie, demande conseil à d’autres et, seulement après, si tu réalises que c’est en opposition avec la Parole, prends position. Parce qu’ils savent que la Parole est source de vie, ils connaissent le devoir qu’a tout chrétien d’évangéliser et de partager son espérance et ils savent combien assister aux réunions et passer du temps avec des frères et sœurs en Christ est important.
Ce qu’ils pourront parfois t’interdire est donc censé être légitime et faire partie de leur rôle de parent que de te mettre des limites et de savoir dire non pour ce qui ne fait pas honneur à l’Évangile. N’oublie pas non plus le » facteur expérience » qui ne fait pas tout mais qui compte quand même et n’oublie pas, comme on l’a vu plus haut, que ce n’est pas pour satisfaire tes propres envies que Dieu t’appelle à désobéir.

J’espère que ces quelques lignes vous encourageront à aimer Dieu encore plus et que cet amour se traduira par un désir encore plus grand de le servir et de vous soumettre à sa volonté. Que votre attitude puisse servir de témoignage et que vous puissiez briller dans ce monde comme Christ vous appelle à l’être. Conclusion : obéis à Dieu plutôt qu’aux hommes quand honorer les hommes ne t’empêchera pas d’obéir à Dieu !*

*Cet article donne des pistes de réflexion générales. Mais tout ce qui touche au domaine de la famille et aux relations humaines en général est souvent bien plus compliqué, et est à prendre au cas par cas, à la lumière de la Parole.

Comments

comments

Related posts

Leave a Comment